• La vente d'options d'achat couvertes consiste en l'achat d'actions (ou indices) sous-évaluées offrant un bon potentiel de croissance.
  • La vente d'options d'achat couvertes sur ces actions est ensuite effectuée à un prix d'exercice supérieur au prix actuel. La prime reçue sert de coussin advenant une baisse du prix des actions, mais les options limitent le potentiel de gains en capital.
  • Enfin, à l'échéance, si les options n'ont pas été exercées et que les actions offrent encore un bon potentiel de croissance, il y aura alors vente de nouvelles options d'achat à un prix d'exercice tenant compte de la nouvelle valeur marchande des actions sous-jacentes.
  • Exemple chiffré en date de juillet 2009 :
    • achat de 200 actions d'Agrium (agriculture – AGU) à 50 $. Coût : 10 000 $;
    • vente de 200 options d'achat échéant dans un an nous engageant à les vendre à 60 $ (soit une hausse potentielle de 20 % pour l'année). Prime reçue : 6,00 $ par action, donc 1 200 $;
    • supposons qu'après un an, les actions d'AGU se négocient sous 60 $, nous pourrons vendre de nouvelles options d'achat si nous apprécions toujours la compagnie. Si le titre se négocie au-dessus de 60 $, nous nous ferons exercer et nous devrons vendre les actions à 60 $ chacune.

Dans cet exemple, le rendement obtenu aurait été de 32 % si les actions d'AGU avaient été exercées à 60 $ au bout d'un an. Si le rendement d'AGU avait été de 0 % sur la période, cette stratégie aurait tout de même rapporté 12 %, soit l'équivalent des primes reçues. D'ailleurs, ce 12 % correspond à la protection à la baisse sur l'investissement. En d'autres termes, pour une tolérance au risque donnée, le rendement est optimisé.


Que l'une ou l'autre de ces stratégies soit privilégiée dans votre portefeuille, Globevest Capital met tout en œuvre pour en gérer le risque, puisque c'est ce qui en fait, selon nous, un portefeuille sain.